<< Retour au projet.

Sorte de « cité interdite » Strasbourgeoise, la manufacture des tabacs a conservé jalousement ses 24000 m2 de centre ville et ses parfums de cigares, dans un secret hermétique. Depuis la fermeture de la fabrique il y a deux années, la coquille est restée vide mais bien protégée. Les ateliers ont pris congé de leurs ouvriers, et de leurs machines, laissant les bâtiments entrer dans une foncière hibernation.

LNV et le 3RS s’associe aux 24H de l’architecture pour jouer les accoucheurs.  Ouvrir les portes en grand et laisser entrer la vie, laisser entrer la ville. Si l’avenir de ces lieux semble déjà acté, si les perspectives se tracent à long terme, on a parfois tendance à négliger ce laps de temps nécessaire à une restructuration lourde. Laps de temps durant lequel tout semble figé, arrêté. Pourtant c’est là qu’intervient notre collectif : dans ce temps de la chrysalide, de la transformation, de la mutation.

Nous proposons d’accompagner ces sites en devenir et d’utiliser l’ar(t)chitecture comme un medium de réflexion et d’expérimentation légère, temporaire, peu onéreuse. L’objectif n’est pas d’imposer une vision mais bien d’installer les conditions de l’expérimentation.  Parfois la vie ouvre des pistes tout à fait surprenantes dès l’instant où on l’écoute, dès l’instant où l’on permet l’accueil.

Créer les conditions de l’accueil, d’une première couche de ré-occupation et de re-vie du bâtiment. C’est aussi un prétexte pour ouvrir une brèche et susciter la curiosité et le débat sur un certain patrimoine industriel et ses potentiels. Le projet concentré sur les surfaces de rez-de-chaussée, propose une promenade architecturale à plusieurs niveaux de lecture. Le premier est évidemment la visite d’un lieu chargé d’histoire, et la tentative de recouvrer la mémoire. Que nous raconte ce vieux bâtiment ? Pour pouvoir écouter son histoire nous avons voulu le laisser brut, dans son « jus d’origine ». Le second niveau de lecture se superpose littéralement au premier. La ville est un palimpseste, certaines histoires en recouvrent d’autres.  Ces recouvrements seront ciblés, concentrés. Les éléments ajoutés par nos soins, seront clairement indiqués et mis en relief comme sous le feu du projecteur, par des faisceaux colorés accueillant les expositions.

Enfin, une des promenades s’effectuera dans une couche programmatique. Le public évoluera non seulement dans un lieu mais dans un moment. Le temps du partage et de l’échange, par des conférences, des ateliers et des expositions. Le temps de la fête par la remise de palmarès et les concerts. Le temps de la réflexion aussi pour le public qui pourra s’installer là, dans ce lieu inédit, dans cette incroyable cité interdite.

Frédéric Keiff COLLECTIF 3RS

les nouveaux voisins architectes strasbourg